#Conseils Comment être un « bon client » pour les médias ?

Comment être un bon client pour les médias?

Pour être considéré comme un bon client pour les médias, vous devez vous rendre disponible et vous prêter aux jeux des médias. L’objectif ainsi est d’être sollicité par le journaliste quand il prépare un sujet en lien avec votre activité car vous avez créé et nouer une relation gagnant –gagnant avec le journaliste

Qu’est-ce qu’un bon client pour les médias?

C’est un porte-parole qui a facilement assimilé les règles du jeu médiatique. C’est un interlocuteur de 1er choix pour les journalistes. Ils sont sûrs qu’avec lui, les choses iront vite et que les jeux des questions-réponses seront efficaces avec le mot ou la phrase clé impactante qui ressortira et restera dans les mémoires du public final. In fine, le montage ou l’écriture du sujet sera aisé.

Les 5 clés de réussite pour être un bon client pour les médias

Les conseils Méthode pour être un bon client pour les médias
Avoir le bon rythme Pourquoi ?

En télévision comme en presse écrite, ce qui sera diffusé ou cité équivaut à 20 ou 30 secondes. Les propos que le journaliste relayera de votre intervention seront coupés car il ne peut pas utiliser tous vos propos faute de place. Donc il faut être court, impactant et avoir un message à répéter qui ne fait pas plus de 30 secondes.

Comment ?

  • 1er temps : Affirmer (avec une phrase forte et courte « sujet-verbe-complément), soit 10 à 15 secondes
  • 2ème temps : Argumenter ou justifier ou commenter ou analyser ou illustrer ou contre attaquer, soit 10 à 15 secondes pour chacun de ces propos.
Utiliser l’humour Pourquoi ?

  • Car communiquer, c’est aussi divertir
  • Les journalistes aiment l’humour
  • Les bons mots et les phrases percutantes font sourire. Si le journaliste est conquis, le public le sera aussi car ils n’hésiteront pas à les retranscrire dans leurs articles

Comment ?

  • Faire des jeux de mots (Exemple : C’est un projet de loi santé… aux effets secondaires plus que désagréables !)
  • Utiliser des images et des métaphores (Exemple : Le divorce est consommé entre les chefs d’entreprise et le gouvernement)
Être à l’écoute Pourquoi ?

Bien écouter le journaliste, c’est bien répondre au journaliste et donc adresser le bon message au public final.

Comment ?

  • Ecouter attentivement la question pour saisir tous les éléments et envisager votre réponse
Être disponible Pourquoi ?

Pour travailler efficacement avec les journalistes, il convient de comprendre leurs exigences qui, elles-mêmes, sont le résultat de nombreuses contraintes de lieu, de temps et de fond (rappelez-vous une journée type pour un journaliste consiste à enchaîner avec la conférence de rédaction du matin, suivi d’interviews et de conférences de presse dans la journée, pour rendre son papier en milieu ou fin d’après-midi à son rédacteur en chef)

Comment ?

Si le journaliste vous appelle pour vous interviewer :

  • Acceptez son appel,
  • Demandez lui sa date de bouclage
  • Si c’est aujourd’hui : *
    • Proposez de vous rappeler dans 1 h en prétextant que vous rentrez en réunion, mais allez lui répondre avec plaisir.
    • Demandez le sujet de l’interview et les quelques questions envisagées
    • Pendant l’heure, prenez le temps de préparer vos réponses pour être en mesure de faire passer votre message quand il vous appellera
  • Si ce n’est pas urgent et que le bouclage est dans plusieurs jours
    • Convenez ensemble d’une date et d’une heure de rendez-vous téléphonique ou de visu,
    • Demandez lui le sujet de l’interview et les quelques questions envisagées
    • Préparez dans l’intervalle vos réponses pour être en mesure de faire passer votre message clé.
Entretenir votre relation

de partenaire

Pourquoi ?

Entretenir une relation avec le journaliste, c’est lui donner de l’information en primeur et en faire un privilégié.

Comment ?

Dans le jargon des relations presse on appelle ça, « donner une exclusivité », c’est-à-dire donner une information à un journaliste avant de la donner à ses confrères pour qu’il puisse la sortir avant tout le monde.

  • Quels genres d’information? : résultats de l’entreprise, la signature d’un contrat, l’annonce d’une nouveauté…
  • Comment faire pour que ses confrères ne se sentent pas floués ?
  • Alternez les exclusivités : Un jour à ce média, quelques semaines ou mois plus tard à un autre.
  • Proposez leurs autres choses : un reportage de terrain, une interview en tête à tête avec le PDG…

 

Notre petite astuce pour être un bon client pour les médias !

Comme dans toute relation de travail, il faut admettre qu’il y a parfois des loupés. Si vous constatez qu’une fausse information a été délivrée dans la presse, il est possible que le journaliste n’ait effectivement pas bien compris ou que peut-être vous avez vous-même fait un amalgame et présenté cette mauvaise information sans vous en rendre compte.

Pour rectifier le tir pour :

 

  • Cette fois : vous pouvez demander au journaliste d’apporter une modification à son article (uniquement s’il s’agit d’un papier en ligne) en lui expliquant la bonne information. S’il vous dit que c’est vous qui lui avez dit cet élément, gardez votre calme et dites lui qu’il est possible que vous n’ayez pas été très clair, que vous vous en excusez mais qu’effectivement il ne s’agit pas d’une bonne information ; d’où votre appel pour apporter le bon élément.
  • Les prochaines fois, il est conseillé de venir accompagné d’un collaborateur lors d’une interview ou rencontre : Il sera votre oreille attentive et prendra des notes pour noter les bonnes ou formules à rectifier pour les prochains entretiens et vous faire préciser en direct un élément si cela est important.

 

 

Laisser un commentaire