#Interview Les 3 conseils de Vianney Smiarowski, journaliste à Radio France pour réussir son interview radio

Itw Vianney Smiarowski journaliste radio france pour réussir son interview radio

Rencontre avec Vianney Smiarowski, journaliste à Radio France qui a répondu à nos 3 questions. Comment sortir du lot et faire la différence avec votre communiqué de presse? Comment réussir son interview radio? Qu’est ce qui énerve les journalistes quand on les appelle?

AlgoLinked : Bonjour Vianney, vous êtes journaliste à Radio France, j’ai une question simple à vous poser : Qu’est ce qui parmi une myriade de communiqués de presse fera la différence?

Vianney Smiarowski : Son inscription dans l’actualité mais surtout son originalité. Pour illustrer, si on prend l’histoire de la carte scolaire en région. Par exemple, chaque année à la même période c’est les mêmes questions, les parents d’élève, les maires des communes qui nous contacte pour nous alerter sur la situation de leur classe qui va fermer. On ne peut pas parler de chaque cas en particulier, c’est bien trop compliqué. Je prends un exemple, un jour un maire d’une petite commune nous a alerté en disant que étant donné sa classe allait fermer, il avait décidé de la transformer en étable, de remplacer les élèves par des ânes, il avait mis de la paille par terre. Donc cela forcément, ça interpelle, c’est une accroche originale qui nous permet de traiter un sujet de fond

AlgoLinked : Qu’est ce qui fait la réussite d’une bonne interview pour la radio?

Vianney Smiarowski : Des réponses claires, courtes et concises. Sans langue de bois. Je pense que cela c’est l’essentiel. Celui qui essaye de tourner autour du pot, qui ne répond pas franchement à la question, ou alors qui rentre dans des détails trop sinueux, trop compliqués, là on perd les auditeurs tout de suite. Il faut que cela soit simple, efficace. La punchline comme on dit aujourd’hui!

AlgoLinked : Qu’est ce qui vous énerve le plus chez un communicant qui vous appelle pour vous vendre son sujet?

Vianney Smiarowski : Le communicant qui pense que l’on fait le même métier et qui oublie que je ne travaille pas pour son client mais je travaille pour mes auditeurs avec l’intérêt général qui prime toujours et pas l’intérêt particulier de son client. Parfois il y a le communicant qui m’appelle avec ses gros sabots, qui est lourd, redondant qui veut absolument me convaincre du bien-fondé de son sujet, cela se traduit parfois même sur le terrain, avec des communicants au-dessus de l’épaule qui pose les questions à ma place, dans ce cas là je leur propose mon micro et moi je vais boire du champagne et des petits fours à leur place. On ne fait pas le même métier. Il n’y a rien de plus énervant.

 

Un grand merci à Vianney pour ses précieux conseils

A bientôt

Laisser un commentaire